Warning: Creating default object from empty value in /usr/share/nginx/archive-jeunest/wp-content/themes/movedo/includes/framework/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
avril 2021 - Page 2 sur 2 - JEUN'EST
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Archives mensuelles :

avril 2021

#GRANDEST.FR Faites éclore vos initiatives en faveur de la biodiversité du Grand Est !

#GRANDEST.FR Faites éclore vos initiatives en faveur de la biodiversité du Grand Est ! 1024 457 admin2183

Le collectif régional en faveur de la biodiversité du Grand Est lance la plateforme pour la Biodiversité du Grand Est. En valorisant la connaissance sur la biodiversité  et en mettant en relation les acteurs engagés pour sa protection, elle poursuit plusieurs objectifs :

  • Informer, les porteurs de projets, les professionnels de la biodiversité (collectivités territoriales, établissements publics, associations, bureaux d’étude, entreprises) et le grand public ;
  • Inciter à l’action / favoriser l’engagement par la mise à disposition d’outils pédagogiques ;
  • Faire connaître les actions mises en œuvre par les acteurs territoriaux ;
  • Mettre en réseau les acteurs, via l’annuaire ;
  • Aider à la décision, via la diffusion d’informations interprétées et analysées.

Vous avez des projets, vous êtes engagés et œuvrez à votre échelle en faveur de la biodiversité ? Alors engagez-vous et faites éclore vos projets !

Inscrivez-vous et découvrez la plateforme biodiversité

Le collectif régional, une interface avec le national

Le collectif régional est une instance de gouvernance rassemblant la Région Grand Est, l’État, les Agences de l’eau (Rhin-Meuse, Seine-Normandie et Rhône-Méditérannée-Corse) et la direction régionale de l’Office Français de la Biodiversité. Il contribue à la mise en cohérence et à l’évolution des politiques publiques en matière de biodiversité à l’échelle régionale. Il joue le rôle d’interface avec le niveau national.

Il assure entre autre, le pilotage de programmes tels que :

  • La plateforme Biodiversité
  • L’Observatoire Grand est de la Biodiversité (OGEB)
  • La Trame Verte et Bleue (TVB)
  • Les Atlas de la Biodiversité Communaux (ABC)
  • Les Plans Nationaux d’Action
  • Le suivi des espèces exotiques envahissantes (EEE)

Télécharger la stratégie régional pour la biodiversité en Grand Est

L’article Faites éclore vos initiatives en faveur de la biodiversité du Grand Est ! est apparu en premier sur GrandEst.

#BOUGER Concours d’éloquence « Faire des études franco-allemandes, pourquoi ? »

#BOUGER Concours d’éloquence « Faire des études franco-allemandes, pourquoi ? » 1054 661 Constance Thomas

Participez au concours d’éloquence organisé par le Forum Franco-allemand à destination des lycéens ou étudiants de 18 à 20 ans.

Vous avez 1 minute pour convaincre le jury, en adressant par vidéo votre plaidoirie effectuée en français ou en allemand. Les meilleurs orateurs recevront des prix à l’issue du concours.

Envoyez vos vidéos au plus tard le 30 avril à l’adresse info@dff-ffa.org, et tentez de gagner des ouvrages sur les questions franco-allemandes et européennes, ainsi qu’une visibilité sur le site et les réseaux du Forum franco-allemand.

Consultez le règlement du concours d’éloquence.

#S’ORIENTER Challenge Alternance & Stages Jeunes d’Avenirs

#S’ORIENTER Challenge Alternance & Stages Jeunes d’Avenirs 1920 698 Constance Thomas

Faites matcher votre candidature avec un recruteur !

Du 6 avril au 21 mai, le groupe de presse professionnelle AEF Info et France Bleu unissent leur force pour aider tous les jeunes quel que soit leur niveau de qualification à trouver un stage ou une alternance  – contrat d’apprentissage ou contrat de professionnalisation – qui vous intéresse !

Tous les jours, pendant 7 semaines, les entreprises vont déposer des offres. En quelques secondes vous êtes inscrits et vous déposez votre CV. Jeunesdavenirs.fr va alors vous proposer les offres qui correspondent à votre profil. À vous de choisir!

Tous les jours, pendant 7 semaines, les antennes de France Bleu où que vous habitiez et en digital sur jeunesdavenirs.fr et francebleu.fr, vous diffuseront des programmes, interviews, témoignages, idées de formations, de métiers et des conseils pour vous aider dans vos choix.

Pour en savoir plus sur le Challenge, et vous inscrire, rendez-vous ici

#S’ENGAGER Soutenez l’Institut de l’Engagement

#S’ENGAGER Soutenez l’Institut de l’Engagement 2560 1305 Constance Thomas

L’Institut de l’Engagement a été créé en 2012 pour ouvrir grand les portes à celles et ceux qui se sont révélés par leur engagement au service de l’intérêt général, et leur permettre de réaliser un projet d’avenir à la hauteur de leurs qualités.

Chaque année, les jeunes accompagnés par l’Institut de l’Engagement entreprennent et réussissent leur formation, trouvent des emplois, créent leur propre activité. 

En ce mois d’avril, l’Institut de l’Engagement accueille une nouvelle promotion de 500 nouveaux lauréats, et parmi eux son 5 000ème lauréat ! 

Ensemble, en ces années difficiles pour tous et dont les jeunes sont peut-être les premières victimes, vous pouvez effectuer un don à l’Institut.

Objectif : zéro projet d’avenir sacrifié !

  • Avec 10 euros vous montrez votre soutien à l’Institut de l’Engagement et soutenez ses actions
  • Avec 50 euros vous participez à l’organisation d’un atelier qui permettra aux jeunes de retrouver du lien social, tout en avançant sur leur projet
  • Avec 100 euros vous aidez un lauréat à payer les frais d’inscription à un concours, afin que sa situation financière ne soit pas un frein à la poursuite de ses études
  • Avec 500 euros vous contribuez au projet global de l’Institut de l’Engagement, au bénéfice de ses lauréats

Je fais un don à l’Institut de l’Engagement

Votre don à l’association “Institut de l’Engagement” est déductible à 66% de votre impôt sur le revenu. 
Exemple :  je donne 50 euros, mon don ne me coûte que 17 euros après déduction fiscale. 

Des questions ? Contactez Sarah Douzi, Responsable Mécénat : sarah.douzi@engagement.fr ou 09 72 54 28 34.

#GRANDEST.FR Appel à candidatures : résidences d’architectures et de paysages dans les Parcs naturels régionaux

#GRANDEST.FR Appel à candidatures : résidences d’architectures et de paysages dans les Parcs naturels régionaux 150 150 admin2183

Dans le cadre du programme « Pour de nouvelles ruralités », porté par les 6 Parcs naturels régionaux et la Région Grand Est, un appel à candidatures est lancé à compter du 9 avril 2021 pour l’accompagnement de 6 résidences d’architecture et de paysages.

Les résidences

Projets

Les résidences porteront sur des bâtiments, des ilots de quartier, ou encore des friches d’ores et déjà identifiés en accord avec les municipalités et partenaires du projet. Elles traiteront de thématiques comme le réinvestissement du patrimoine vacant, la valorisation des espaces publics et des limites de village, l’intégration des mobilités douces ou le traitement des cœurs d’ilot.

Ces résidences d’architecture et de paysage sont pensées comme des études exploratoires. Elles sont un outil « stratégique » qui interroge et irrigue les problématiques liées au cadre de vie. Elles ont pour vocation de contribuer à ouvrir le regard des habitants et des acteurs locaux et d’imaginer de façon collective des « avenirs » possibles pour chacun de lieux de résidence. Elles doivent également susciter le débat sur la production architecturale, les usages et les modes de vie ainsi que sur les liens entre l’habitat et l’environnement local, qu’il soit urbain, naturel ou agricole.

Sont recherchées, des architectes et paysagistes diplômés, intervenant de façon individuelle ou en équipe. Chaque équipe peut répondre sur plusieurs sites, mais ne sera retenue que sur un seul site.

Les dossiers de consultation sont accessibles sur les sites de chaque Parc Naturel Régional et sur le site Pour de Nouvelles Ruralités.

Cette démarche a pour ambition de dynamiser les milieux ruraux en encourageant l’émergence d’opérations pilotes qui accompagnent les enjeux de transition et en renforçant la culture en architecture et paysage des acteurs des parcs naturels régionaux du Grand Est. La synthèse de recherches et propositions réalisées par les équipes en résidence sur les différents sites permettra d’interroger la multiplicité des problématiques des territoires ruraux du Grand Est.

Cette démarche a déjà donné lieu l’organisation d’un voyage d’études et à l’élaboration de la version initiale d’un corpus théorique et pratique accessible à tous les acteurs des territoires sous la forme d’un livre blanc qui questionne les principes majeurs des nouvelles ruralités.

 

L’article Appel à candidatures : résidences d’architectures et de paysages dans les Parcs naturels régionaux est apparu en premier sur GrandEst.

#CINEXPERIENCESDEJEUNESSE Les yeux – Naël Zaiti-Ruelle + Je me souviens – Retour à Calais – Mickael Stibling

#CINEXPERIENCESDEJEUNESSE Les yeux – Naël Zaiti-Ruelle + Je me souviens – Retour à Calais – Mickael Stibling 1709 1043 Julie WEISHARD

Les yeux est un (très) court-métrage réalisé par Naël Zaiti-Ruelle, âgé de 20 ans et né à Strasbourg.

Son film a été tourné en juillet 2019 et a été diffusé pour la première fois en janvier 2020. Il a reçu le coup de pouce d’expériences de jeunesse en mars 2019.

Naël étudie la philosophie à Paris VIII et est un aspirant réalisateur ambitieux. Il a pour projet d’entrer à la Fémis, et n’en est pas à son coup d’essai avec ce court-métrage, puisqu’il a déjà réalisé des clips en amateur.

Il s’agit là d’une étape professionnelle importante pour Naël. Il a pu ainsi travailler pour la première fois avec une vraie équipe de tournage.

« S’en tenir à un budget, devoir travailler en équipe, alors qu’on débute tous, et surtout ma première utilisation de la pellicule, ça nous a causé beaucoup de difficultés, d’où la très courte durée du film. »

En effet, le court-métrage était destiné à durer plus longtemps, mais Naël a su s’adapter et proposer une nouvelle dimension à ce dernier : « une expérience sensorielle, rythmée par des couleurs à outrance à la limite du surréalisme. »

Les yeux est le fruit de son inspiration pour le cinéma fantastique, le maniérisme horrifique de Dario Argento et l’esthétique du Giallo italien. On peut y voir également un clin d’œil à Enter the void de Gaspar Noé.


En 2016, Mickael Stibling, 30 ans de Thionville, diplômé des sciences de l’information et de la communication, se rend à la « Jungle de Calais » où il va y rester une année entière. Dans une démarche documentaire, il témoigne de la crise humanitaire de l’espace européen en photographiant la réalité du camp de migrants. En parallèle de cela, il a travaillé, grâce à l’association Vie Active, à « l’accueil de jour des personnes migrantes » du centre Jules Ferry où il a rencontré Shabab et Ejaz, les protagonistes du film, avec qui, il a pu tisser des liens humains très forts.

Pour son film Je me souviens – Retour à Calais, Mickael a voulu retrouver ces personnes en 2019 afin de « raconter dans toute leur complexité, dans toute leur humanité, ces histoires de migrations, ces parcours d’intégrations ».  Son film a été soutenu dans le cadre d’Expériences de Jeunesse cette même année.

Par le biais de ce court-métrage documentaire, le réalisateur souhaite « contribuer à changer les regards et les représentations sur les migrations et sur la figure actuelle du migrant » et ainsi contrer les préjugés et idées reçues qui sont trop présents selon lui lorsqu’on parle de l’immigration.

En retournant à Calais, Mickael a pu voir que la situation des exilés était encore plus difficile qu’en 2016. Il considère que « négliger des droits humains, qu’on le veuille ou non, c’est tirer un trait sur l’humanité de tout le monde ». Ce court-métrage est le projet le plus ambitieux de Mickael Stibling à ce jour. Il a pu le concrétiser grâce à l’association Nos Tribus, plus particulièrement avec l’aide du réalisateur Yacine Helali et celle de Florian Tonnon. C’est aussi des membres de cette association qui ont parlé à Mickael de la subvention Expérience de Jeunesse sans laquelle le projet n’aurait sûrement pas abouti d’après lui. En effet, ce dispositif lui a permis de s’« inscrire dans une dynamique créative et collective, une véritable aventure humaine ».

Article rédigé par les Volontaires en Service Civique accueillis à la Région Grand Est.

#CINEXPERIENCESDEJEUNESSE Papillons – Florian Lidin + Nos souvenirs construisent notre avenir – Camille Huré

#CINEXPERIENCESDEJEUNESSE Papillons – Florian Lidin + Nos souvenirs construisent notre avenir – Camille Huré 1000 1000 Julie WEISHARD

Papillons est le deuxième court métrage de Florian Lidin, un jeune professionnel de l’audiovisuel de 22 ans. Il fait partie de l’agence Pictural Things qui a produit ses deux projets : DEMON en 2017, un court-métrage d’horreur et Papillons en 2021.

Ce film traite de la maladie d’Alzheimer à travers son personnage principal : Jeanne qui est une enseignante à la retraite. Tout au long du film, elle va explorer ses souvenirs au cours d’entretiens avec une étudiante, mais elle va également réaliser les effets de sa maladie. Le titre « Papillons » est une métaphore des souvenirs, « quelque chose de beau, et qui dans le cas du personnage, s’envolent facilement ».

L’élaboration de ce projet s’est étendue sur deux ans, de l’écriture au montage, ce qui a parfois été compliqué pour Florian. Il était difficile pour lui « de garder le même état d’esprit face à ses idées et la même cohérence artistique car on évolue constamment ». Il s’est renseigné sur la maladie d’Alzheimer par le biais de personnes atteintes, de leurs proches ainsi que des membres du corps médical. Le tournage du film a également été compliqué par la crise sanitaire. Cependant le dispositif Expérience de Jeunesse a permis au réalisateur et à l’équipe de tournage de travailler dans de bonnes conditions malgré tout (dossier soutenu dans le cadre de ce dispositif en 2020).

https://vimeo.com/522858711/66135afc95


Camille Huré (lauréat Expériences de Jeunesse en 2018) lance en 2017 sa web série Nos souvenirs construisent notre avenir sur le thème du Syndrome d’Asperger. Deux épisodes sont réalisés : l’un à la mission locale de Charleville-Mézières, l’autre à la médiathèque.

Lui-même concerné par cette thématique, Camille souhaite partager son expérience et montrer comment il a su s’intégrer au sein de la société au fil des années, bien qu’un sentiment d’éloignement persiste vis-à-vis de son environnement. Fort de son bac littéraire suivi de ses quatre années à la médiathèque, Camille montre dans sa web série certaines situations compliquées qu’il a pu rencontrer, notamment celle de l’entretien d’embauche ainsi que celle de la vie en milieu professionnel.

Aujourd’hui âgé de 24 ans, Camille continue dans cette voie en travaillant pour un Groupement d’Entraide Mutuelle à destination des personnes autistes. Son ambition reste la même que quelques années plus tôt : faire en sorte que les personnes en situation de handicap soient plus entendues. Ainsi, pour mener ses engagements jusqu’au bout, il n’est pas contre l’idée de poursuivre son expérience dans l’audiovisuel.

Article rédigé par les Volontaires en Service Civique accueillis à la Région Grand Est.

#CINEXPERIENCESDEJEUNESSE Le monde depuis les miradors – Guillaume Erbs

#CINEXPERIENCESDEJEUNESSE Le monde depuis les miradors – Guillaume Erbs 1417 1009 Julie WEISHARD

Le monde depuis les miradors est un court-métrage réalisé par Guillaume Erbs, âgé de 22 ans, porté par les associations Black Sheep et Agora.  Son film a été tourné en juillet 2019 et a reçu le coup de pouce d’expériences de jeunesse en juillet 2019 également.

Guillaume a suivi un cursus Cinéma et Gestion pendant 3 ans à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ce projet représente pour lui une entrée dans le monde professionnel audiovisuel.

En effet, Le monde depuis les miradors a bénéficié d’un accueil chaleureux au sein des mairies de Ban-de-Laveline et de Saint-Jean-d’Ormont dans les Vosges, qui ont respectivement apporté un soutien financier et logistique au projet. « C’était l’occasion de travailler avec une équipe de tournage, avec des cofinancements de la part du Crous et du Département des Vosges. Ces aides nous ont permis d’envisager un projet plus ambitieux ».

Auparavant, Guillaume s’était déjà attelé à la réalisation de courts métrages et de clips. Pour ce projet, il avait à cœur d’explorer la question du souvenir, en mettant en scène trois personnages ayant un rapport au passé différent : la nostalgie, le remord, la tourmente ou l’oubli.

« Il y avait la contrainte du temps, un planning serré sur 5 jours de tournage en plein été. La logistique avec des comédiens qui n’étaient pas de la région, la météo capricieuse… », Guillaume et son équipe ont dû travailler avec ces contraintes. C’est au moyen d’une communication depuis les réseaux sociaux, d’un financement participatif et d’une équipe déterminée et passionnée que le projet s’est fait.

« On a voulu faire un film de plans fixes avec le moins de mouvement possible ». Guillaume convoque ici une esthétique constituée de « tableaux », avec des cadres bien déterminés et travaillés en amont. Un dispositif à deux caméras a permis de faciliter le travail avec les comédiens lors les scènes dialoguées. On retient donc un film intimiste fait avec une économie de moyens. Guillaume évoque son inspiration des films de Michael Haneke, où une atmosphère inquiétante s’installe dans le quotidien, couplée aux codes du mélodrame et du thriller dans un cadre réaliste.

Article rédigé par les Volontaires en Service Civique accueillis à la Région Grand Est.

#LYCEE Le concours photo des lycées de la Région Grand Est «Objectif nature !»

#LYCEE Le concours photo des lycées de la Région Grand Est «Objectif nature !» 1587 2245 Julie WEISHARD

Attention : Modification des dates du concours en raison des annonces du gouvernement !!

Lycéens, lycéennes ainsi que membres du personnel technique, administratif et professeurs

Du lundi 5 Avril au LUNDI 10 MAI, la Région Grand Est vous invite à y participer !

Dans ces temps où il est essentiel de préserver la biodiversité, il faut peut-être d’abord s’émerveiller et aller à la rencontre de cette nature, pour mieux en saisir la richesse.

Lycéennes, lycéens des établissements publics de la région Grand Est, prenez vos téléphones et appareils photos et partez à la découverte de la nature qui vous entoure ! Encouragez vos amis, vos professeurs et tous les membres du personnel des lycées à participer à vos côtés pour tenter de remporter un prix !

Vos photos (trois maximum), prises au sein de votre établissement ou dans les 10km autour de chez vous, devront capturer un élément ou une scène qui témoigne de la biodiversité que l’on peut y trouver (ex : prairie, plantes, insectes, animaux, etc…).

Vous pourrez participer dans les quatre catégories suivantes : « Animal », « Végétal », les « Paysages » et « la nature et l’Homme ».

Pour récompenser les meilleures photos, quatre prix seront attribués par catégories (1er, 2ème, 3ème prix et un prix adulte), il y aura également des coups de cœur (hors catégorie) attribués à d’autres photographies.

Parmi ces prix : des sorties écotourisme, entrées au parc de Sainte-Croix, cartes cadeau éthiques…

Comment participer ?

  1. Lisez le règlement du concours ci-dessous pour vous assurer que votre photo soit valide.
  2. Aventurez-vous et observez la nature dans votre lycée.
  3. Prenez et choisissez la photo avec laquelle vous voulez participer.
  4. Postez la photo sur votre compte Instagram selon les règles du concours, et avec le #objectifnaturegrandest en spécifiant si la photo a été prise dans le lycée ou non

Continuez de profiter de la nature en attendant les résultats !

Continuez de profiter de la nature en attendant les résultats !

Pour toute question ou renseignement contactez-nous à : objectifnature@grandest.fr

Page Instagram de la région Grand Est : cliquer ici

Le règlement pour plus d’informations :

Bonne chance à toutes et à tous !

#CINEXPERIENCESDEJEUNESSE Wadi Jhannam – Zoé Filloux

#CINEXPERIENCESDEJEUNESSE Wadi Jhannam – Zoé Filloux 759 439 Julie WEISHARD

Zoé Filloux, est une jeune diplômée de 24 ans de l’école de la HEAR à Strasbourg. Au cours de ses études elle a développé une pratique de la photographie documentaire et a réalisé quelques court-métrages, mais son projet Wadi Jhannam est selon elle son projet filmique le plus abouti. Lors d’un échange de six mois dans une université à Beyrouth, elle fait la rencontre d’Hicham, le botaniste que nous suivons tout au long du film, par l’intermédiaire de ses colocataires. Ils sont devenus ensuite amis.

Zoé s’est intéressée au métier de botaniste car il représente selon elle, un enjeu important au vu du défi climatique auquel nous faisons face. En interrogeant Hicham sur son métier et sur ses conditions de travail, le contexte politique et géopolitique du Liban apparaissait inévitablement en arrière-plan. En effet, l’étude des plantes permet d’en apprendre plus sur le territoire sur lequel elles poussent. Mais surtout, les histoires d’Hicham montrent sa ténacité et le courage dont il fait preuve rien que pour continuer à exercer son métier face à tous les obstacles auxquels il est confronté.

Le tournage de ce film a eu lieu en 2019, période mouvementée au Liban du point de vue géopolitique. C’est cette situation qui a représenté la plus grande difficulté pour Zoé car les étapes de tournage ont été chamboulées, c’est pourquoi elle a dû revoir l’écriture de son court-métrage lors du montage. Le dispositif Expérience de Jeunesse a permis à Zoé de produire un contenu de qualité qui se voit aujourd’hui être sélectionné dans plusieurs festivals.

Article rédigé par les Volontaires en Service Civique accueillis à la Région Grand Est.



La Région Grand Est s’engage à ce que la collecte et le traitement de vos données, effectués à partir des sites jeunest.fr, soient conformes au règlement européen sur la protection des données et à la loi « informatique et libertés » modifiée en 2018.

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont nécessaires à l'instruction de votre demande. Elles sont enregistrées et transmises aux services de la région Grand Est ou de ses sous-traitants en charge de son traitement.

Vous disposez de droits Informatique et Libertés sur les données vous concernant, que vous pouvez exercer en contactant le délégué à la protection des données de la région Grand Est.